Le blogue de Miss Parfaite

Vivre, savoir et savoir-vivre à l'ère numérique

Savoir « aimer » sur Facebook… pas si simple que ça! — 10 mai 2013

Savoir « aimer » sur Facebook… pas si simple que ça!

bouton J'aime FBBien que Facebook soit le réseau social le plus utilisé, il n’en demeure pas moins que bien l’utiliser n’est pas aussi facile qu’il y paraît. Dernièrement, Sophie Trinquant a écrit un article intéressant sur les différentes utilisations du « j’aime » sur Facebook pour le blogue Web N’ Vous. Intitulé « Comment être webement correct 2/3 », cet article nous indique quelques utilisations possibles du célèbre bouton « j’aime » :

– aimer un statut, un commentaire ou une page;

– aimer pour signifier qu’on a lu quelque chose;

– aimer pour dire merci;

-aimer pour un échange de politesse ou de bons procédés.

Un seul bouton « J’aime », une multitude de possibilités. Je vous invite à lire l’article pour en savoir plus.

Et vous, quel usage faites-vous du bouton « J’aime » ?

Publicités
La loyauté, ce n’est pas payant pour le client — 4 mai 2012

La loyauté, ce n’est pas payant pour le client

Vous pensez que votre fidélité vous donne un avantage de négociation ou qu’on vous traite mieux parce que vous êtes client depuis le siècle dernier, détrompez-vous. La loyauté, ce n’est pas payant pour le client. 

Vous en voulez un exemple?

Prenez votre forfait de cellulaire. Vous croyez que vous avez un bon tarif et vous en êtes fier. Vous renouvelez votre contrat les yeux fermés en vous disant que c’est certainement le meilleur prix qu’on peut vous offrir, car après tout, vous êtes un client de longue date. Je vous propose un petit exercice tout simple.

Quelques mois avant la date de votre renouvellement, magasinez un peu. Appelez votre fournisseur de services et mentionnez qu’il se pourrait bien que vous changiez de compagnie à la fin de votre contrat. Validez quels sont les délais prescrits pour quitter sans pénalité, brandissez l’offre promotionnelle d’un concurrent. On vous fera certainement une proposition plus intéressante que le forfait que vous avez en main.

Ne vous arrêtez pas là. Demandez à parler au service de la rétention qui a une marge de négociation encore plus grande. Vous en sortirez avec un meilleur forfait que ce que vous aviez à l’origine. Maintenant, dites-moi, à qui la loyauté du client rapporte-t-elle?

Pas convaincu? Voici un exemple qui m’est arrivé il y a quelques jours.

Je me suis cassé un poignet récemment. J’ai pris du retard avec les déclarations de revenus de ma mère qu’elle fait préparer depuis plus de dix ans par le même comptable. Le travail est terminé le jeudi soir. Malheureusement, je ne peux pas aller le chercher le vendredi. Donc, le lundi 30 avril (dernière journée pour payer son dû sans intérêts) je me présente chez le comptable. Je libelle un chèque pour les honoraires du comptable et je demande quelle somme je dois écrire sur les chèques pour les 2 paliers de gouvernement. L’homme qui se trouve là me répond :

–           Vous allez recevoir un avis de cotisation qui vous dira le montant à payer.

–          Mais si j’attends l’avis de cotisation, elle va payer des intérêts!

–          C’est sûr.

–          Mais ce n’est pas acceptable. On peut payer aujourd’hui, on est dans les délais.

–          Là, tous les rapports d’impôt sont dans cette boîte qui aurait dû partir il y a une heure. On va pas commencer à chercher un rapport là-dedans… bla, bla, bla.

–          Quelles sont les adresses où envoyer les chèques? Je vais les poster moi-même, dis-je d’une voix qui pourrait trancher le roc.

Avant qu’il puisse me répondre une autre bêtise, la secrétaire me remet deux enveloppes avec les adresses en question.

Je suis allée au bureau de poste déposer les enveloppes.

Devinez quoi? C’était la dernière fois que je mettais les pieds chez ce comptable. Malgré une relation de plus de 10 ans, l’homme m’a clairement démontré que ma fidélité ne valait rien. Pas même de prendre quelques minutes pour attacher deux pauvres petits chèques à une déclaration de revenus.

Pourquoi je vous raconte ça? Parce que la loyauté, je vous l’ai déjà dit, ce n’est pas payant pour le client.

Et vous, avez-vous « divorcé » d’une marque ou d’une entreprise parce que vous avez été mal servi malgré une longue relation d’affaires?

Laissez-moi un commentaire si c’est le cas.

Les 9 revendications du client — 11 avril 2012

Les 9 revendications du client

Je suis cliente. J’achète chaque jour. De l’épicerie, des médicaments, de l’assurance, des placements, etc. Je visite votre boutique. Je consulte votre site Web. Je suis abonnée à votre fil Twitter et à votre page Facebook. Jusque-là, je vous aime.

Il y a des fois où j’interagis avec vous. Je pose une question sur un produit, je postule un emploi ou je vous fais une remarque via la section commentaires de votre site Web.

Vous ne me répondez pas, vous m’ignorez. Ou pire, vous me servez mal : absence de courtoisie,  heures d’ouverture impossibles, vous me parlez franglais, ou vous m’écrivez des âneries.

Je vous aime beaucoup moins.

Je revendique le droit d’être traitée en cliente.

Voici mes demandes :

1-      Soyez courtois avec moi.

Je ne suis pas un problème ambulant dont vous voulez vous débarrasser, mais une cliente qui espère le rester. Donnez-vous une chance de m’épater : résolvez mon problème!

2-      Arrêtez de jouer à la tag téléphonique avec moi.

 J’ai des enfants, si je veux jouer, je le peux!

Ne me transférez pas à l’aveuglette. Dites-moi à qui vous me transférez et pourquoi vous le faites avant de me couper en plein milieu d’une phrase.

Ne me référez pas à votre site Web pour obtenir une réponse si je vous ai en ligne : j’ai attendu 15 minutes pour vous parler parce que votre site Web affiche une « erreur 404 ».

3-      Cherchez sincèrement à m’aider.

Si je suis énervée et que je vous semble incohérente, posez-moi des questions pour que je vous éclaire. Ne tentez pas de deviner mon problème (ce n’est pas parce que j’ai les pieds dans l’eau que j’ai besoin d’une nouvelle toilette : ma lessiveuse déborde).

Surtout, ne me « flushez » pas parce que vous ne comprenez pas mon problème. Il ne disparaîtra pas tout seul.

Aidez-moi à vous l’exprimer plus clairement.

4-      Évitez la « procédurite aigüe »

Non, il n’est pas nécessaire que je remplisse un formulaire de 12 pages pour recevoir une vis manquante.

Ne me répondez jamais « parce que c’est comme ça. » Ma réponse sera automatique : je vous quitte sur-le-champ, parce que c’est comme ça.

Adaptez vos procédures aux différents genres de demandes que vous recevez. Une seule procédure ne peut pas répondre à l’ensemble des requêtes que vous recevez.

5-      Connaissez la netiquette des outils électroniques que vous utilisez et appliquez-la.

Il ne vous viendrait jamais à l’idée de répondre au téléphone sans dire un mot, alors pourquoi m’envoyez-vous des courriels en blanc avec un document joint? Un simple « Bonjour, pour faire suite à votre demande du…, je vous envoie XXX. Bonne journée. » serait bien apprécié. Un courriel se doit d’être court, mais il doit contenir les politesses d’usage. Il s’agit d’une communication entre deux personnes ou plus, après tout!

6-      Rappelez à vos employés qu’ils sont l’image que j’ai de vous.

Quand j’ai osé mentionner dans la section commentaires de votre site Web que l’information que je cherchais était difficile à trouver, votre coordonnatrice aux communications m’a envoyée paître avec une ironie et un ton inexcusables. Et ce, sur l’entête électronique de votre organisme. Quelle belle image j’ai de vous! Oubliez mon don. J’évite votre site comme la peste et je ne retweete JAMAIS vos messages à mes abonnés.

7-      Soyez prêt à répondre à un commentaire négatif sur votre produit.

Il se peut que je n’aime pas votre produit. Si vous m’appelez pour me demander mon opinion, je vous la dirai. N’essayez pas de me convaincre que je suis la seule personne qui ne l’aime pas et que c’est probablement parce que je ne l’ai pas bien utilisé. Je sais lire et votre produit ne nécessite pas que je connaisse la scission nucléaire ou que j’aie un doctorat en ingénierie. Si c’est le cas, votre travail de ciblage mérite d’être refait.

8-      Sachez arrêter d’insister.

Je cherche une veste de printemps. Pas de noir. J’en ai déjà une. Votre vendeuse m’a montré trois vestes noires, j’ai abandonné. Mais c’est beau le noir, me dit-elle. Oui, dis-je en la regardant droit dans les yeux, c’est pour ça que la veste que je porte en ce moment même est noire. Et cet ensemble, vous l’aimez? Non, il est noir et il fait trop «  hiver ». Vous trouvez, moi je trouve que… (soupir de découragement).

9-      Traitez-moi aussi bien avant, pendant, qu’après mon achat.

Parce que je me renseigne sur votre produit, je suis une acheteuse potentielle, parce que j’achète votre produit, je contribue à votre croissance, parce que j’ai déjà acheté votre produit et que je l’utilise, je suis une ambassadrice de votre marque. Avez-vous vraiment les moyens de m’ignorer?

Et vous, en tant que clients, qu’ajouteriez-vous à mes revendications?

Les rencontres Linked Québec : conjugaison parfaite d’apprentissage et de réseautage — 20 février 2012

Les rencontres Linked Québec : conjugaison parfaite d’apprentissage et de réseautage

La 4e rencontre Linked Québec aura lieu le 13 mars prochain au Centre Mont-Royal à Montréal. Comme la tradition le veut, ce sont les membres du groupe Linked Québec qui ont proposé les conférences (46 propositions au total) et ce sont également les membres du groupe qui voteront pour déterminer les 9 conférences qui seront présentées lors de l’évènement. Plus de 600 personnes ont déjà voté. Si vous êtes membre Linked Québec et que vous n’avez pas encore voté, vous devez le faire avant le 21 février en cliquant ici. Pour voir les propositions de conférences, cliquez ici.

Jusqu’à présent, les conférences qui ont cumulé le plus de votes sont :

Salle 1 – Thème : 2.0
1. Développer des affaires à partir d’un blogue professionnel — Sophie Marchand
2. Comment générer plus de ventes avec mon site web? — Annik Chartrand
3. Le marketing mobile — Sébastien Giroux

Salle 2 – Thème : Ventes & Marketing
1. Réinventer le marketing et les ventes en 2012 : les 5 changements que vous ne pouvez ignorer — Dominique Bel
2. Arrêtez de vendre! Aidez vos clients à acheter! — Guy Frenette
3. Et si votre prochaine présentation était un succès — Chantal Bossé

Salle 3 – Thème : Ressources humaines
1. La performance par le plaisir — Jean-Luc Tremblay
2. Créer la mobilisation en étant un leader positif — Ariane Cloutier
3. Développez votre leadership par une meilleure communication — Nicole Simard

En tant que co-modératrice de Femmes d’influence, un sous-groupe de Linked Québec – Thèmes, j’ai participé aux 3 premiers évènements et je n’hésite pas à recommander ce quatrième volet à mes lecteurs.

Les rencontres Linked Québec sont des évènements abordables qui permettent aux membres d’apprendre, d’échanger des connaissances et de dévirtualiser leur réseau professionnel LinkedIn en rencontrant « en chair et en os » les gens qui en font partie.

Soyez de la partie : votez pour les conférences qui vous plaisent le plus.

Et si vous avez envie de vous inscrire, faites comme moi, suivez ce lien Amiando.

Le blogue de Miss Parfaite fait peau neuve! — 23 janvier 2012

Le blogue de Miss Parfaite fait peau neuve!

Je blogue depuis 2010. Cette année, la maman et la communicatrice cèderont la place à trois catégories de billets qui s’inscrivent dans une nouvelle ligne directrice « Vivre, savoir et savoir-vivre à l’ère numérique ».

Vivre regroupera des billets qui permettront à la personne qui se trouve à 45 centimètres de l’écran du mobile, du portable ou de l’ordinateur d’humaniser le monde numérique dans lequel elle évolue.

Savoir présentera des liens pertinents vers des ressources qui vous tiendront à jour sur l’univers des réseaux sociaux.

Savoir-vivre vous familiarisera avec les règles de courtoisie en vigueur dans les réseaux sociaux. Je partagerai avec vous les bonnes pratiques et des éléments de nétiquette pour augmenter votre confort et votre assurance.

Au fil de mes billets, je vous aiderai à rester humain dans cette ère technologique qui nous entoure tout en vous faisant découvrir ses nombreux avantages.

Qu’en dites-vous? Vous me suivez dans cette nouvelle aventure?

La gentillesse revient-elle à la mode grâce aux réseaux sociaux? — 26 octobre 2011

La gentillesse revient-elle à la mode grâce aux réseaux sociaux?

Dites-le avec des fleurs... virtuelles!

Depuis quelques semaines, je remarque une recrudescence de gentillesse dans les réseaux sociaux. Sur mon fil de nouvelles Twitter , je vois passer plus de salutations, plus de billets de blogues optimistes et plus de remerciements lors de retweets ou de mentions. On se félicite et on se remercie à profusion.

Est-ce à dire que la gentillesse et la politesse seront nos prochaines valeurs de société?

Bien que l’idée me plaise, je n’en suis pas convaincue.

Klout et les autres indices de popularité ont probablement un rôle à jouer dans cette gentillesse retrouvée. En effet, les indices de popularité comptabilisent favorablement les échanges entre abonnés et les considèrent comme un signe d’engagement. Par exemple, en saluant six personnes le matin dans un tweet, vous pouvez espérer recevoir 4 réponses et donc, il y a eu des échanges entre vous. La sincérité et la qualité de ces interactions ne sont pas nécessairement au rendez-vous. Ce qui importe, c’est qu’il y a eu une réponse à un tweet que vous avez envoyé.

Je ne dis pas que les indices de popularité sont négatifs, seulement qu’ils encouragent des relations superficielles, ce qui contrevient à la sacro-sainte notion que l’honnêteté et la transparence constituent les valeurs intrinsèques aux réseaux sociaux.

Parce que, avouons-le, perdre 3 points sur notre indice Klout nous dérange. Aujourd’hui, quand on part en vacances, non seulement on prépare ses valises, mais on préprogramme des tweets sur Buffer, on s’assure d’écrire et de programmer la diffusion de quelques billets sur notre blogue et, pour avoir la conscience tranquille, on prend l’avion avec notre téléphone intelligent ou notre tablette pour ne rien manquer.

Où se trouve la réelle gentillesse là-dedans? Et que dire de la spontanéité? On pourrait argumenter sur le sujet pendant des jours.

Mais franchement, je m’en fous. Être victime de gentillesse ne me dérange pas du tout! Vous voulez augmenter votre indice de popularité? J’accepte de recevoir vos salutations matinales,  vos retweets et vos bons mots. J’accepte que vous me complimentiez simplement pour que je vous remercie. J’accepte que vous me disiez que je suis « bonne, belle et capable ».

Par contre, il est évident que je préfèrerais que vous le pensiez vraiment. Il se trouve que je suis sensible à votre HONNÊTETÉ et votre TRANSPARENCE. Mais bon. J’aime encore mieux la gentillesse et la politesse intéressée aux répliques cinglantes et à l’impolitesse gratuite.

8 conseils pour rater vos invitations LinkedIn — 1 avril 2011

8 conseils pour rater vos invitations LinkedIn

Vous souvenez-vous de la chanson Arrête de boire de Rock et Belles Oreilles où le maladroit de service accoste une fille dans un bar en lui disant :

— Salut, tu viens souvent ici?

 Et la jeune femme peu impressionnée par cette remarque banale et dépassée lui répond :

— Oui, mais je pense que je reviendrai pu…

Résultat : le monsieur est resté tout seul dans son coin dans un bar où il y avait pourtant des centaines de personnes avec qui il aurait pu s’amuser.

L’invitation, c’est l’entrée en matière du réseau LinkedIn qui compte plus de 100 millions de membres. Assez de monde pour faire avancer sa carrière. Mais vous n’êtes pas obligé, vous pouvez être aussi banal que le héros de la chanson et vous retrouver seul, dans votre coin et clamer haut et fort que LinkedIn, c’est moche et que ça ne sert à rien.

Pour vous aider à vraiment manquer votre coup, je vous ai concocté quelques conseils infaillibles pour que votre invitation soit insignifiante et superficielle. Bonus : en fin de compte, vous pourrez prouver, exemple à l’appui, que LinkedIn c’est nul.

Faites-en le moins possible

Pourquoi déterminer des objectifs qui vous permettraient de faire avancer votre carrière? Pourquoi vous poser des questions sur ce que vous espérez de votre réseau et qui vous voulez y retrouver. Ne vous astreignez pas à chercher des personnes intéressantes dans des groupes de discussion pertinents à votre industrie. Trop d’ouvrage.

Ne complétez pas votre profil

Pas de photo, pas de descriptif, juste des dates d’emploi et encore, ne mettez que le minimum d’information. Après tout, c’est un monde virtuel. Vous ne voulez pas qu’on vous trouve et qu’on vous invite à participer à un groupe de discussion ou pire, qu’on vous offre un contrat ou du travail!

Jamais de photo

Cela permet aux gens d’avoir l’impression de vous connaître. En plus, vous n’êtes pas si beau que cela et vous voulez seulement observer, pas participer pleinement aux avantages offerts par la plateforme. En fait, vous avez même songé à utiliser un pseudonyme.

Invitez n’importe qui

Votre réseau sera totalement inutile, personne ne vous le volera. Vous ne voudriez tout de même pas investir de votre précieux temps pour bâtir un réseau qui peut vous être utile? Non, bâtissez un bottin téléphonique glorifié, sans plus.

Ne consultez aucun profil avant d’inviter

Tout ce que vous y trouverez sera l’expérience, l’expertise, les talents et les champs d’intérêt de la personne ainsi que son degré d’activité. Tout à fait inutile pour votre réseau. Le nom sonne bien à l’oreille? C’est une raison suffisante pour inviter quelqu’un à joindre votre « bottin ».

 Utilisez la formule d’invitation automatique

C’est tellement plus pratique, désincarné et impersonnel. Vous ne vous démarquerez pas, c’est évident. Vous ne pouvez pas montrer plus clairement à la personne que vous invitez qu’elle ne vous intéresse pas. Enfin, pas vraiment. En bonus, elle risque de ne pas lire votre invitation. Encore une preuve que « ça ne marche pas cette affaire-là ».

Ne montrez pas que vous avez consulté un profil

Si jamais vous succombez à la tentation et que vous lisez un profil, surtout, ne le mentionnez pas dans l’invitation sous peine de laisser penser à quelqu’un que vous avez de l’intérêt pour ce qu’il ou elle a accompli. En faisant cela, vous risquez que votre invitation soit acceptée. Résistez, c’est plus sûr.

Soyez un peu ratoureux

N’hésitez pas à dire que vous êtes un ami ou une relation professionnelle de la personne que vous invitez. Cela paraît bien, même si ce n’est pas vrai et tout le monde appréciera à sa juste valeur votre manque d’honnêteté.

Si vous mettez en pratique ces conseils, je suis prête à vous garantir que vos invitations seront mal ciblées et qu’elles ne contribueront aucunement à votre essor professionnel. Votre carrière restera ce qu’elle est. Vous qui n’aimez pas le changement n’aurez pas à composer avec un nouvel emploi, un nouveau contrat ou de nouveaux défis. Vous pourrez affirmer que LinkedIn, ça ne fonctionne pas et vous pourrez oublier votre profil et votre réseau inutile et passer à autre chose.

En conclusion, j’espère que mes conseils vous auront fait sourire et que vous aurez compris qu’ils sont le contraire de ce qui fonctionne pour se bâtir un réseau pertinent et inviter efficacement. Démarquez-vous en rédigeant des invitations personnalisées.

Cela étant dit… Invitez-moi à joindre votre réseau sur LinkedIn, mais SVP, tenez-vous loin des formules automatiques et ne cochez pas que vous êtes mon ami si nous ne nous connaissons pas. Faites-moi sentir que vous avez lu mon profil et surtout, soyez honnête. C’est avec des détails de ce genre que vous deviendrez crédible.

Et vous, qu’ajouteriez-vous à cette liste de conseils?

%d blogueurs aiment cette page :