//
vous lisez...
La maman

La leçon de vie de Claude Béchard*

Des fleurs virtuelles pour la famille Béchard

 

Si vous vivez au Québec, il y a fort à parier que vous sachiez déjà que Claude Béchard est décédé hier, le 7 septembre, à l’âge de 41 ans après un long combat de deux ans contre le cancer du pancréas. C’est partout. Twitter, Facebook, les réseaux sociaux et médias traditionnels ne parlent que de ça depuis hier. 

Vous me direz qu’il s’agit d’un homme politique et que c’est normal. En effet, je suis d’accord avec vous mais cela va plus loin. Bien que les nombreux témoignages mettent de l’avant ses qualités de parlementaire, ce sont ses qualités personnelles qui l’emportent. 

On le dit affable, à l’écoute de ses électeurs, rassembleur, respectueux des autres et aimable avec les parlementaires de tous les partis. On souligne son ouverture d’esprit. On lui reconnaît des qualités de batailleur car il s’est bâti une belle carrière que plusieurs lui enviaient. On admire son courage devant la maladie. On pleure son départ. 

Moi aussi, j’ai de la difficulté à accepter sa mort. 

Non, je ne suis pas une amie de Claude Béchard, je ne l’ai jamais rencontré. Pourtant, son drame trouve écho en moi. Peut-être est-ce parce qu’il était de mon âge. Ou encore parce qu’il était papa de jeunes enfants et que je suis maman. Peut-être parce que je n’ose pas imaginer mourir en laissant mon amoureux et mes enfants derrière moi. Peut-être parce qu’il est mort d’un cancer sournois qui pourrait nous affliger, nous aussi, et mettre fin à notre vie. 

Depuis hier, j’entends des éloges sur le compte de M. Béchard et ce qui me frappe, ce n’est pas qu’on vante ses qualités professionnelles mais qu’on admire encore plus l’homme derrière la carrière. 

Et je ne cesse de me demander «Et si c’était moi? Qu’est-ce qu’on dirait de moi?» Ces derniers temps, je me sens débordée. Je n’ai pas autant de temps que je le voudrais à consacrer à ceux que j’aime et à ma nouvelle carrière de pigiste. Et si c’était à moi que cela arrivait? Si je n’avais plus des dizaines d’années devant moi pour meubler l’imaginaire de mes enfants de souvenirs qu’ils pourront chérir quand je ne serai plus près d’eux? Si je devais partir bientôt, il ne leur resterait que le souvenir d’une maman fatiguée et échevelée qui court après… Après quoi au juste? Le temps? La perfection? Le bonheur? 

En fait, à force de courir, on en vient à oublier notre but. Il faut s’arrêter un moment, histoire de replacer ses valeurs et ses priorités «à la bonne place» et faire un bilan. 

Qui suis-je? Que suis-je devenue? Qu’ai-je envie de devenir? Autant de questions essentielles afin de vivre sa vie à son plein potentiel et d’en retirer une vraie satisfaction. Je voudrais en fin de vie pouvoir me dire que j’ai vécu ma vie selon mes valeurs et que j’ai partagé avec ma famille tout ce que j’avais à partager. 

Par contre, je veux que ce moment soit le plus tard possible 😉

Publicités

À propos de missparfaite

Communicatrice polyvalente, Miss Parfaite explore les réseaux sociaux pour satisfaire sa curiosité et les besoins de ses clients. « Vivre, savoir et savoir-vivre à l’ère numérique » décrit bien son approche.

Discussion

5 réflexions sur “La leçon de vie de Claude Béchard*

  1. Sylvie, hier soir en arrivant de notre formation de radio, en mangeant le macaroni que j’avais préparé pour la famille car j’allais être absente pour le souper, faisait mention à mon amour justement … mais ou je m’en vais et pourquoi? C’est si facile d’en perdre l’essence ! Merci pour tes beaux mots!

    Publié par julie | 8 septembre 2010, 11:01
  2. Bonjour à vous…

    On peut être peiné par le décès de Claude Béchard. Je présente mes condoléances à sa famille et à ses amitiés.

    Mais, je ne crois pas que ce soit un drâme national. Tous on doit mourir et les âges diffèrent.

    On doit être capable de voir entre le drame national et la peine privée.

    Publié par Jean-Paul | 8 septembre 2010, 11:13
    • Bonjour Jean-Paul,

      Vous avez raison, ce n’est pas un drame national, c’est un drame familial. Bien plus que la société, ce seront les proches de M. Béchard qui vivront avec la peine de perdre un des leurs. Comme je l’ai mentionné, je ne le connaissais pas. Cependant, le fait qu’il ait mon âge et qu’il ait de jeunes enfants m’a fait réfléchir sur ma vie, ma finalité.

      Publié par missparfaite | 8 septembre 2010, 13:29
  3. Bonjour Sylvie,

    J’ai regardé les funérailles de Claude, je le nomme ainsi, car c’est de cette façon qu’il aimait être appelé.

    Je trouve vraiment triste pour sa conjointe et pour les enfants et comme beaucoup je crois qu’un grand homme nous a quitté.

    J’ai versé quelques larmes suite aux témoignages de plusieurs personnes, mais surtout à la sortie de voir les enfants avec tant de peine ;(

    Repose en paix et veille sur ta famille

    Lyne 😉

    Publié par Lyne Chartier | 13 septembre 2010, 12:50

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Catégories

Twitter

%d blogueurs aiment cette page :