//
vous lisez...
La communicatrice

Alphabétiser la population… du Québec?

Quand on pense à l’alphabétisation, on pense tout de suite à des pays lointains où la survie quotidienne est la préoccupation première des habitants. On pense à des pays en guerre où la vie est bouleversée et où les écoles sont fermées ou ont été bombardées. On pense à des jeunes filles qui au lieu d’être sur les bancs d’école ont été forcées à se marier à 10 ans et à s’occuper de la maison de leur mari. Bref on pense à tous les coins du monde où l’analphabétisme nous semble «normal». On ne pense certainement au Québec. Et pourtant…

Compétences en littéracie des Québécois

Un Québécois sur six, âgé de 16 à 65 ans, éprouve d’importantes difficultés de lecture selon l’Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA)de 2003.

Au Canada, entre 1994 et 2003, les compétences en littératie, c’est-à-dire la capacité d’utiliser des imprimés et des écrits nécessaires pour fonctionner dans la société, atteindre ses objectifs, parfaire ses connaissances et accroître son potentiel, ont très peu changé. On nous dit qu’en 2003 :

  • 15% de la population âgée de 16 à 65 ans possède de très faibles compétences en matière de compréhension de textes suivis (niveau 1 sur une échelle de 5)
  • Cette proportion devient 42 % quand on ajoute le niveau 2 – faibles compétences.

C’est dramatique quand on considère que le niveau de compétence 3 a été établi comme le minimum (plancher) souhaitable pour fonctionner dans notre société.

Croyez-le ou non, au Québec, une partie importante de la population n’atteint pas le niveau 3. Près de 16 % des adultes de 16 à 65 ans se sont classés au niveau inférieur de l’échelle de compréhension des textes suivis (niveau 1) et près d’un Québécois sur deux (âgé de 16 à 65 ans) n’a pas les compétences nécessaires pour utiliser l’information afin de fonctionner pleinement au sein de la société et de l’économie (niveaux 1 et 2).

Doublement marginalisés

Imaginez-vous que selon les résultats de cette enquête, 800 000 Québécois âgés de 16 à 65 ans se situent au plus bas niveau de l’échelle des capacités de lecture. C’est tout simplement alarmant quand on considère qu’avec la venue des nouvelles technologies de l’information de plus en plus de nos transactions quotidiennes se font par le biais d’Internet et d’interfaces électroniques (paiement par carte de débit, guichet automatique, impôts par voie électronique, achat en ligne, etc.) La mode est également aux réseaux sociaux virtuels qui eux aussi nécessitent un niveau de littératie plus élevé.

Il existe bien d’autres données tirées du rapport canadien de l’Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes qui peuvent être consultées sur le site de Statistique Canada  mais également des données spécifique au Québec qu’on peut retrouver sur le site de l’Institut de la statistique du Québec

Vous vous demandez pourquoi j’ai choisi de vous parler d’alphabétisation? Tout simplement parce que les capacités en littératie d’une personne sont directement proportionnelles à ses chances de se trouver un bon emploi et de «réussir dans la vie» comme disaient nos parents. Avec l’avènement de l’ère technologique et le développement rapide d’Internet et des affaires électroniques, il devient clair qu’une maîtrise limitée des outils et du langage sont des obstacles majeurs.

Qu’on pense à l’utilisation du courriel, un must dans de nombreux emplois, ou encore à Facebook, Twitter, LinkedIn et compagnie, autant d’opportunités manquées si on ne maîtrise pas le langage. Est-ce à dire que les personnes qui ont des difficultés en compréhension de lecture et en écriture seront doublement marginalisées dans le monde réel et dans le monde virtuel? Tout à fait.

Ce qui se fait en alphabétisation au Québec

Espace Alpha, l’espace québécois francophone consacré à l’alphabétisation, présente sur son portail une liste des principaux intervenants en matière d’alphabétisation au Québec. Parmi les intervenants, il y a la Fondation pour l’alphabétisation, un organisme québécois crédible qui offre de l’information, des conseils utiles et propose le programme La lecture en cadeau pour initier les enfants issus de milieux défavorisés à la lecture afin de contrer le décrochage scolaire (une des causes d’analphabétisme chez les adultes). Voilà une belle façon de participer au Québec de demain.

Et pour les adultes, il existe une ligne téléphonique de soutien INFO-ALPHA : 1 800 361-9142 un service d’aide, d’écoute et de référence en alphabétisation et en formation de base. Cette ligne sans frais couvre toutes les régions du Québec, elle est bilingue (français et anglais), sans frais et confidentielle.

Bien entendu, à cela s’ajoute les initiatives du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Direction de l’éducation des adultes et de l’action communautaire et celles du RGPAQ – Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec qui  a pour mission la promotion, la défense et le développement de l’alphabétisation populaire; la promotion, la défense et le développement des groupes populaires d’alphabétisation et la défense collective des droits des personnes lésées par leur niveau d’alphabétisme.

L’analphabétisme au Québec ça existe. Trop de facteurs ont de l’incidence sur cette problématique importante pour pouvoir l’enrayer facilement. Cependant, on ne peut nier cette réalité et il existe des ressources pour ceux et celles qui veulent en savoir plus et pour ceux et celles qui ont des besoins importants en la matière.

Vous avez le pouvoir d’aider à contrer ce fléau. Amenez vos enfants à la bibliothèque municipale, intéressez-les aux livres, montrez-leur l’exemple : lisez devant eux. Montrez-leur que lire est une activité plaisante.  Gardez le numéro d’Info-Alpha dans votre liste de contacts pour des adultes qui pourraient en avoir besoin. Joignez-vous à tous ces gens qui militent pour la promotion, la défense et le développement de l’alphabétisation populaire.

Chaque geste compte quand il s’agit du futur de nos enfants…

Publicités

À propos de missparfaite

Communicatrice polyvalente, Miss Parfaite explore les réseaux sociaux pour satisfaire sa curiosité et les besoins de ses clients. « Vivre, savoir et savoir-vivre à l’ère numérique » décrit bien son approche.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Catégories

Twitter

%d blogueurs aiment cette page :